Hello, goodbye…

Hangul Express PB 1

Au terme d’un marathon d’ampleur cosmique, l’année 2019 se referma sur un objectif atteint, et… largement dépassé : la parution du second opus de Gridlock Coda (sous ensemble de mon cycle japonais, le Seppenko Monogatari).

Here comes…
HANGUL EXPRESS

Mon (bien-aimé) Hangul Express , qui constitue le 4e volume du Seppenko M. et le second volet de Gridlock Coda, est sorti sous une double présentation / eux versions différentes ; ceci étant dû à son exceptionnelle longueur (un million de signes et des brouettes).

Voyons cela de plus près :

 

Option 1 ::

En deux volumes brochés /paperback

Ceci pour éviter la défcouve_hangul_express_part II.inddormation des sacs et  les tendinites du poignet.

( = voir ici pour les petits résumés et diverses spécificités techniques…)

Tous deux présentés sous une couverture (en deux variantes) de l’usual supect Mad Youri.
– aka “édition.s régulières / regular”.

Le second comprend, en bonus,  le “glossaire des runners” (version à peine étendue du Grid-On reçu par les gagnants d’un certain concours).
Cet appendice, on le notera, est par ailleurs absent de la version que nous allons immédiatement évoquer, qui aurait été sans cela trop lourde (elle toque déja 640 pages) et totalement inabordable.

 

Option 2 ::

Et… (donc) : en un seul volume relié / illustré en couleurs etc etc, sous des prestations de dingue et un poids pas-plume d’1 kg 6

– aka “édition collector pour haltérophiles”.
Voir ici pour les détails techs.

Hangul_Express HB-sm

Version collector – couverture & illustrations intérieures de LS

 

 

Ce fut un trimestre très productif, très complexe, très gratifiant (car venir à bout d’une mission impossible l’est toujours ! 😉 )
Il marque également le moment où la cohérence de la Trame m’oblige à marquer une petite pause dans la continuation de ce cycle, que j’aime furieusement. Le “bye-bye”, nécessairement triste, qui suit donc le “hello Hangul E !!”
Si je le dois, c’est que tout l’aboutissement et une large partie du final de Vertigen se trouve(ra) dans le Seppenko Monogatari. Et surtout dans le second des tomes à venir : In-Yeon Rhapsody, dans lequel nous quitterons en grande partie le Japon pour nous centrer sur la Corée. C’est sur cette scène étrangère que le panthéon de Vertigen, et en particulier sa membre la plus éminente, doivent rencontrer leur destin.
Cette charrue ne peut pas être mise avant les boeufs prescrits.

Je n’ai aucune recommandation pour ce qui est de l’ordre dans lequel les volumes & cycles doivent / devraient être lus pour un maximum d’efficience. Je ne crois pas en l’efficience en lecture 😉 ; seulement aux chemins individuels, et au ‘à la carte’.
Cela dépend, très certainement, de votre goût de la linéarité (aka : tout dans l’ordre, en ligne chronologique) ou au contraire de votre nature de Sherlock (aka : votre éventuelle marotte de découvreur de signes).
// mais au cas où (cela puisse être utile) j’ai demandé aux lecteurs, à l’instant, ce qu’ils en pensaient – c’est par ici . L’auteur, après tout, n’est pas le mieux placé pour répondre à ces questions-là. //

 

En annexe ::
A QUOI S’ATTENDRE DANS HANGUL EXPRESS

Si certains fays-de-Frontier vous manquaient… ils sont *beaucoup* plus présents.
Au passage, on en découvrira d’autres, jusqu’alors à peine évoqués.

La présence de hauts personnages de Vertigen est également beaucoup plus élevée (massive litote !) et nombre de Fays ôtent leurs masques pour révéler leurs précédents visages faes.
Cette aristocratie croisera certains de ses pairs issus de territoires encore peu explorés.
Le tour operator vous fera voyager à tous les angles de la carte (Islande, Russie, Brésil, Chine, diverses cités américaines et capitales européennes) en sus du Japon, de la Corée, et de Frontier.

Qu’est le Grid ? _Qui_ est le Grid ? Ah ah ! = Pas du tout ce que les runners s’imaginaient. Et plus on se rapproche de cette vérité, plus *tout le monde* pâlit.

Existe-t-il des terres alternatives ? Ahhhh… Bonne question ! 😉
Rendez-vous là-bas !

Vale !
LS/.

 

 

 

Sacra

:: Parus ::

SACRA, Parfums d’Isenne & d’Ailleurs

opus I / Aucun coeur inhumain /// opus II / Nulle âme invincible

 

:: One ::

SACRA, Parfums d'Isenne et d'Ailleurs - opus I - "Aucun coeur inhumain" // par Léa Silhol, couverture de Dorian Machecourt.

SACRA, Parfums d’Isenne et d’Ailleurs – opus I – “Aucun coeur inhumain” // par Léa Silhol, couverture de Dorian Machecourt.

 

Ex-stasis… L’extase… l’ivresse, le ravissement, l’intoxication d’un instant ou d’une ère…
Encapsulée dans le rituel, la forme, et les parfums du monde…
Dans les sens… dans l’encens…

Au travers d’une boîte de palissandre que les écrivains se transmettent secrètement depuis des siècles ~ des calligraphies du roi des Djinn, même sur un parchemin frauduleux, et de la dialectique des céramistes Satsuma dans le salon de Klimt ~ des bouquets de fleurs blanches envoyées par un père à sa fille, et des visages du Green Man dans des bois interdits ~ des voiles des navires qui filent vers le port, enflées par les chants des passagers, et de la voix de tous ceux que — aimés jadis — nous pensions avoir perdus pour toujours.
D’un bout à l’autre des horizons et hors des cartes, sur le fil d’une errance rythmée du pas des voyageurs inlassables, et des esprits affamés de splendeur, les traces des mortels et immortels se doublent, se croisent, se frôlent…
Au centre du compas, la cité légendaire d’Isenne, carrefour hybride entre l’Orient et l’Occident, hantée de fantômes, de rumeurs, de contes et de codes ; dépliant ses mystères autour du Labyrinthe des verriers. Marché gobelin où l’art et la démesure s’échangent, s’offrent, s’achètent et se perdent, entre les ombres vibrantes d’Irshem et les esquisses de Venise…

Léa Silhol, architecte des univers croisés de Vertigen, Frontier et Isenne, scalde des astérismes et des carrefours, déclare solennellement que Sacra constitue, plus encore que les prismatiques Avant l’Hiver et Fo/véa, la rose des vents de sa Trame, et que le lecteur ne s’aventurera dans le dédale de Manta qu’à ses risques et périls.

— Première séquence, en six nouvelles et deux novellas —

300 pages – couverture & illustrations intérieures de Dorian Machecourt –
Parution : 23/02/2016 – Nitchevo Factory – 9791094902035

 

:: Two ::

SACRA, Parfums d'Isenne et d'Ailleurs - opus II - "Nulle Âme invincible" // par Léa Silhol, couverture de Dorian Machecourt.

SACRA, Parfums d’Isenne et d’Ailleurs – opus II – “Nulle Âme invincible” // par Léa Silhol, couverture de Dorian Machecourt.

 

Une fois encore, les lignes des fils tendus se croisent, et les quêteurs de secrets se rassemblent, cherchant le chemin vers les codes, rites et fragrances du grand carrefour du monde, et ce qu’il reste de la splendeur…
Autour… de la lueur d’une lampe noire dans une boutique d’antiquités de Kensington ~ des cérémonies initiatiques des adeptes de Morphée, et des songes de braise des Khazars ~ du pas des Nephilim sur la route des âges, et des formules de la vacuité et du détachement, sous l’ombre des statues du Gandhara ~ de l’écho du rire d’Angharad sur les murs des palazzi lagunaires, et du café embaumé d’épices d’un Lucifer mécréant ~ de la couleur envoûtante des érables à Kyoto, au miroir coupant de retrouvailles dans les rues de New York… Dans le souffle brûlant des athanors d’Isenne, les vapeurs des braseros oneiroi, et le parfum du bois d’Agar des cérémonies de Kodo japonaises, le diagramme mouvant du Sacré se dessine et s’efface, une nouvelle fois…

Il ne restera de ces trajectoires de feu, à la fin, que l’empreinte de pas de foudre dans les braises, le sable coruscant et la cendre, et la fumée tenace d’un millier de parfums répandus.

Sous l’égide des Muses et le claquement des bannières du Jinnistan dans les vents de Qâf, par les Sceaux qui convoquent les Déchus et les dieux exilés ; au calame persan, au couteau de peintre, et au plomb des vitraillistes, Léa Silhol, architecte des univers croisés de Vertigen, Frontier et Isenne, conclut le tissage d’une rose des vents en forme de piège à rêves, passionné, viscéral et intransigeant, à l’image des âmes démesurées qu’elle ne se lasse jamais de dépeindre

— Deuxième séquence, en cinq nouvelles et deux novellas —

336 pages – couverture & illustrations intérieures de Dorian Machecourt –
Parution : 19/04/2016 – Nitchevo Factory – 9791094902042