Hello, goodbye…

Hangul Express PB 1

Au terme d’un marathon d’ampleur cosmique, l’année 2019 se referma sur un objectif atteint, et… largement dépassé : la parution du second opus de Gridlock Coda (sous ensemble de mon cycle japonais, le Seppenko Monogatari).

Here comes…
HANGUL EXPRESS

Mon (bien-aimé) Hangul Express , qui constitue le 4e volume du Seppenko M. et le second volet de Gridlock Coda, est sorti sous une double présentation / eux versions différentes ; ceci étant dû à son exceptionnelle longueur (un million de signes et des brouettes).

Voyons cela de plus près :

 

Option 1 ::

En deux volumes brochés /paperback

Ceci pour éviter la défcouve_hangul_express_part II.inddormation des sacs et  les tendinites du poignet.

( = voir ici pour les petits résumés et diverses spécificités techniques…)

Tous deux présentés sous une couverture (en deux variantes) de l’usual supect Mad Youri.
– aka “édition.s régulières / regular”.

Le second comprend, en bonus,  le “glossaire des runners” (version à peine étendue du Grid-On reçu par les gagnants d’un certain concours).
Cet appendice, on le notera, est par ailleurs absent de la version que nous allons immédiatement évoquer, qui aurait été sans cela trop lourde (elle toque déja 640 pages) et totalement inabordable.

 

Option 2 ::

Et… (donc) : en un seul volume relié / illustré en couleurs etc etc, sous des prestations de dingue et un poids pas-plume d’1 kg 6

– aka “édition collector pour haltérophiles”.
Voir ici pour les détails techs.

Hangul_Express HB-sm

Version collector – couverture & illustrations intérieures de LS

 

 

Ce fut un trimestre très productif, très complexe, très gratifiant (car venir à bout d’une mission impossible l’est toujours ! 😉 )
Il marque également le moment où la cohérence de la Trame m’oblige à marquer une petite pause dans la continuation de ce cycle, que j’aime furieusement. Le “bye-bye”, nécessairement triste, qui suit donc le “hello Hangul E !!”
Si je le dois, c’est que tout l’aboutissement et une large partie du final de Vertigen se trouve(ra) dans le Seppenko Monogatari. Et surtout dans le second des tomes à venir : In-Yeon Rhapsody, dans lequel nous quitterons en grande partie le Japon pour nous centrer sur la Corée. C’est sur cette scène étrangère que le panthéon de Vertigen, et en particulier sa membre la plus éminente, doivent rencontrer leur destin.
Cette charrue ne peut pas être mise avant les boeufs prescrits.

Je n’ai aucune recommandation pour ce qui est de l’ordre dans lequel les volumes & cycles doivent / devraient être lus pour un maximum d’efficience. Je ne crois pas en l’efficience en lecture 😉 ; seulement aux chemins individuels, et au ‘à la carte’.
Cela dépend, très certainement, de votre goût de la linéarité (aka : tout dans l’ordre, en ligne chronologique) ou au contraire de votre nature de Sherlock (aka : votre éventuelle marotte de découvreur de signes).
// mais au cas où (cela puisse être utile) j’ai demandé aux lecteurs, à l’instant, ce qu’ils en pensaient – c’est par ici . L’auteur, après tout, n’est pas le mieux placé pour répondre à ces questions-là. //

 

En annexe ::
A QUOI S’ATTENDRE DANS HANGUL EXPRESS

Si certains fays-de-Frontier vous manquaient… ils sont *beaucoup* plus présents.
Au passage, on en découvrira d’autres, jusqu’alors à peine évoqués.

La présence de hauts personnages de Vertigen est également beaucoup plus élevée (massive litote !) et nombre de Fays ôtent leurs masques pour révéler leurs précédents visages faes.
Cette aristocratie croisera certains de ses pairs issus de territoires encore peu explorés.
Le tour operator vous fera voyager à tous les angles de la carte (Islande, Russie, Brésil, Chine, diverses cités américaines et capitales européennes) en sus du Japon, de la Corée, et de Frontier.

Qu’est le Grid ? _Qui_ est le Grid ? Ah ah ! = Pas du tout ce que les runners s’imaginaient. Et plus on se rapproche de cette vérité, plus *tout le monde* pâlit.

Existe-t-il des terres alternatives ? Ahhhh… Bonne question ! 😉
Rendez-vous là-bas !

Vale !
LS/.

 

 

 

À vos liseuses

couve_ebook_musiques_Medium

 

Le premier de mes “bébés” à entrer dans la Matrice (et c’était plutôt logique, d’une certaine façon, selon Jay) : “Musiques de la Frontière”

4è de couverture :

Fin du XXème siècle… des enfants “différents” commencent à naître dans des familles humaines. Doués de physiques et de pouvoirs singuliers, ils sont très vite assimilés aux changelings, les enfants-fées, et soupçonnés d’avoir été substitués à de véritables enfants mortels. Commence alors une cabale sans précédent, aboutissant à l’abandon en masse de ces enfants dans des “Centres”, prisons et mouroirs gérés d’une poigne de fer.

De cette génération perdue, et sous l’égide d’un chef charismatique, Shade, émergera une rébellion qui amènera les fays à prendre leur place dans les rues de nos cités, et à conquérir leur liberté.

De guerres des gangs en courses éperdues, de coups de feu en amour fou, d’encres enchantées en rites claniques, de sacrifices en codes tribaux, le premier opus du Dit de Frontier suit les pas des fays américains, d’une vie délivrée de ses chaînes vers leur cité mythique au bord du monde : Frontier, où la magie régit le quotidien.

À travers une fresque écrite au glamour et au couteau, qui a déjà conquis des milliers de lecteurs et été nominée à de multiples Prix, Léa Silhol trace une ode à l’esprit d’engagement, l’insoumission et la fraternité qui redéfinit le monde comme un état d’implacable enchantement…

Léa Silhol, créatrice des univers croisés de “la Trame” et pionnière de la Fantasy Urbaine, est devenue avec son best-seller La Sève & le Givre, une figure incontournable de la Fantasy francophone. Musiques de la Frontière, (Prix Imaginales 2005) constitue le premier opus de son cycle de Frontier, poursuivi depuis à travers romans et nouvelles.

Une production Nitchevo Factory 06/03/2018. Couverture de Dorian Machecourt ; postface de Natacha Giordano.
Epub sans DRM, disponible également en Kindle, etc.
:: Un peu partout mais surtout ::

 

Recueil thématique – Fantasy Urbaine (Urban Fantasy) – Univers de “Frontier” (cf. https://www.facebook.com/Fays.of.Frontier/)

See also / shelve / note / review ::
sur Goodreads

Musiques de la Frontière / edit 2017 /

Il fut demandé à cors et à cris… Et le voilà !

La version 2017 des “Musiques de la Frontière” est sortie hier.

 


“Dans les failles du béton, dans les craquelures de l’asphalte, une fleur barbelée a pris racine.
Sans vertige du haut des immeubles, et sans peur dans l’ombre des ruelles, les étrangers se lèvent. Ils viennent de nos rêves les plus insensés ou du plus sombre de nos cauchemars. Aigus, affutés, drapés d’altérité et de symboles, armes murmurantes au poing, et infusés tout entiers de cette menace majeure à l’ordre établi des hommes : le glamour. Un enchantement si ancien qu’il frappe de terreur les uns et fait battre à nouveau le cœur lassé et assoupi des autres.

Chez les ‘regs’, on les surnomme changelings, coucous ; on prétend qu’ils ont été abandonnés dans les demeures des hommes par des créatures légendaires, hostiles, sans âme, aux desseins insondables.
Mais entre eux, dans les Centres d’internement, les squats dans les replis aveugles des villes et l’enclave de leurs meutes, ils se donnent à eux-mêmes le nom de ‘fay’.
Au bout de leur route vers la liberté, et l’accomplissement de leur inaliénable identité, attend Frontier, la cité hors-le-monde, que les Cours de féerie, jadis, appelaient Seuil.

C’est ce périple, et tout autant celui des regs qui leur font face, que narre le premier opus du Dit de Frontier, en douze arcanes tissés de coups du sort, de sang, de feu, et de foudre.

Les textes de ce volume ont été nominés cinq fois aux Prix Merlin et Rosny-Aîné ; le recueil entier a été nominé au Grand Prix de l’Imaginaire et a reçu, en 2005 le Prix Imaginales.
Léa Silhol, pionnière de la Fantasy Urbaine, continue depuis à ajouter, pierre à pierre, romans et nouvelles à la citadelle des fay.

Léa Silhol : “Musiques de la Frontière” (réédition revue et corrigée)
Couverture originale de Dorian Machecourt.
Postface de Natacha Giordano
(nouvelle) introduction de Léa Silhol

Recueil thématique – Fantasy Urbaine (Urban Fantasy) – Univers de “Frontier” (cf. https://www.facebook.com/Fays.of.Frontier/)

304 pages.
édition brochée (17 x 22 cm)
ISBN 9791094902073
03 avril 2017 – Nitchevo Factory

Disponible c/o Amazon – France –  USA UKCanada – (etc.) + Nitchevo’s CS direct shop :

See also / shelve / note / review ::
https://www.goodreads.com/book/show/34748291-musiques-de-la-fronti-re

 

Sacra

:: Parus ::

SACRA, Parfums d’Isenne & d’Ailleurs

opus I / Aucun coeur inhumain /// opus II / Nulle âme invincible

 

:: One ::

SACRA, Parfums d'Isenne et d'Ailleurs - opus I - "Aucun coeur inhumain" // par Léa Silhol, couverture de Dorian Machecourt.

SACRA, Parfums d’Isenne et d’Ailleurs – opus I – “Aucun coeur inhumain” // par Léa Silhol, couverture de Dorian Machecourt.

 

Ex-stasis… L’extase… l’ivresse, le ravissement, l’intoxication d’un instant ou d’une ère…
Encapsulée dans le rituel, la forme, et les parfums du monde…
Dans les sens… dans l’encens…

Au travers d’une boîte de palissandre que les écrivains se transmettent secrètement depuis des siècles ~ des calligraphies du roi des Djinn, même sur un parchemin frauduleux, et de la dialectique des céramistes Satsuma dans le salon de Klimt ~ des bouquets de fleurs blanches envoyées par un père à sa fille, et des visages du Green Man dans des bois interdits ~ des voiles des navires qui filent vers le port, enflées par les chants des passagers, et de la voix de tous ceux que — aimés jadis — nous pensions avoir perdus pour toujours.
D’un bout à l’autre des horizons et hors des cartes, sur le fil d’une errance rythmée du pas des voyageurs inlassables, et des esprits affamés de splendeur, les traces des mortels et immortels se doublent, se croisent, se frôlent…
Au centre du compas, la cité légendaire d’Isenne, carrefour hybride entre l’Orient et l’Occident, hantée de fantômes, de rumeurs, de contes et de codes ; dépliant ses mystères autour du Labyrinthe des verriers. Marché gobelin où l’art et la démesure s’échangent, s’offrent, s’achètent et se perdent, entre les ombres vibrantes d’Irshem et les esquisses de Venise…

Léa Silhol, architecte des univers croisés de Vertigen, Frontier et Isenne, scalde des astérismes et des carrefours, déclare solennellement que Sacra constitue, plus encore que les prismatiques Avant l’Hiver et Fo/véa, la rose des vents de sa Trame, et que le lecteur ne s’aventurera dans le dédale de Manta qu’à ses risques et périls.

— Première séquence, en six nouvelles et deux novellas —

300 pages – couverture & illustrations intérieures de Dorian Machecourt –
Parution : 23/02/2016 – Nitchevo Factory – 9791094902035

 

:: Two ::

SACRA, Parfums d'Isenne et d'Ailleurs - opus II - "Nulle Âme invincible" // par Léa Silhol, couverture de Dorian Machecourt.

SACRA, Parfums d’Isenne et d’Ailleurs – opus II – “Nulle Âme invincible” // par Léa Silhol, couverture de Dorian Machecourt.

 

Une fois encore, les lignes des fils tendus se croisent, et les quêteurs de secrets se rassemblent, cherchant le chemin vers les codes, rites et fragrances du grand carrefour du monde, et ce qu’il reste de la splendeur…
Autour… de la lueur d’une lampe noire dans une boutique d’antiquités de Kensington ~ des cérémonies initiatiques des adeptes de Morphée, et des songes de braise des Khazars ~ du pas des Nephilim sur la route des âges, et des formules de la vacuité et du détachement, sous l’ombre des statues du Gandhara ~ de l’écho du rire d’Angharad sur les murs des palazzi lagunaires, et du café embaumé d’épices d’un Lucifer mécréant ~ de la couleur envoûtante des érables à Kyoto, au miroir coupant de retrouvailles dans les rues de New York… Dans le souffle brûlant des athanors d’Isenne, les vapeurs des braseros oneiroi, et le parfum du bois d’Agar des cérémonies de Kodo japonaises, le diagramme mouvant du Sacré se dessine et s’efface, une nouvelle fois…

Il ne restera de ces trajectoires de feu, à la fin, que l’empreinte de pas de foudre dans les braises, le sable coruscant et la cendre, et la fumée tenace d’un millier de parfums répandus.

Sous l’égide des Muses et le claquement des bannières du Jinnistan dans les vents de Qâf, par les Sceaux qui convoquent les Déchus et les dieux exilés ; au calame persan, au couteau de peintre, et au plomb des vitraillistes, Léa Silhol, architecte des univers croisés de Vertigen, Frontier et Isenne, conclut le tissage d’une rose des vents en forme de piège à rêves, passionné, viscéral et intransigeant, à l’image des âmes démesurées qu’elle ne se lasse jamais de dépeindre

— Deuxième séquence, en cinq nouvelles et deux novellas —

336 pages – couverture & illustrations intérieures de Dorian Machecourt –
Parution : 19/04/2016 – Nitchevo Factory – 9791094902042

Possession… (is a state of mind)

Léa Silhol - "Possession Point" - cover

Léa Silhol – “Possession Point” – cover

 

 

:: Next :: Sortie imminente :

POSSESSION POINT

Roman – Frontier – fays – prequel/sequel to : “Vado Mori”

Cover art by : Dorian Machecourt.

340 p.

September 2015 – Nitchevo Factory.

 

Tes iris à toi, mon ange, avaient la couleur de la mer avant l’orage, aux rives d’Half Moon Bay. Toutes les Mavericks de Pillar Point y écrivaient en germes les promesses que tu tenais. Je roule parfois jusque là-bas pour jeter un sucre au manque qui me tient dans ses tenailles. Je marche de Ghost Trees à Half Moon Bay. Pour regarder les vagues, de peur d’oublier tes yeux. Quelque part entre les fantômes des arbres et le meurtrier Pillar Point, assise à même la poudre de mon sablier, je bois cette couleur. Je la respire, pendant qu’elle reflue et déferle. J’essaye, une fois encore, d’élucider la technologie de ce mystère. De comprendre comment le monde des hommes transforme la couleur des Mavericks en cadrans d’horloges. Comment le rythme des vagues immenses a pu s’enrouler pour devenir, dans tes yeux, ce cercle de métal auquel j’ai donné un tour ou deux, jadis. C’était un rouage. Mais tout autant, je le sais bien, la face implacable d’un barillet.

Dans un monde transfiguré par le retour de la Féerie, Anis a pris la route, à la recherche d’une cité légendaire dont on dit qu’elle ne se laisse trouver qu’à son gré : Frontier.
C’est dans la “ville au bord du monde”, patrie des fays, que vit à présent l’homme qu’elle a aimé, et trahi : Jay, membre du redoutable gang changeling de Seattle.
À travers leur histoire, feuilletée comme un album photo depuis le jour de leur rencontre jusqu’à celui de leurs hypothétiques retrouvailles, c’est la vie de tous les Premiers qui se dévoile, durant les années précédant et suivant directement le fondation de l’utopie que fays & fées nomment Le Seuil.

LS tisse les récits des fays de Frontier depuis 1998. Elle a pris définitivement résidence auprès des ‘coucous’ depuis dix ans, avec le recueil Musiques de la Frontière, (Prix Imaginales 2005). Possession Point est son quatrième roman.

ISBN 9791094902028
# Le Dit de Frontier (2)

Shunt //.

 

“Contes de la Tisseuse” v. 2015

Lea Silhol "Contes de la Tisseuse"

“Contes de la Tisseuse” – Léa Silhol, cover art by Dorian Machecourt, Nitchevo Factory, 2015

 

 

Et parce que bien sûr je suis en retard sur tout… (et préfère écrire des livres que de rédiger des blogs ?) …

Sortie le 15 avril, la réédition de mon premier recueil, les Contes de la Tisseuse, en grand format, et sous une nouvelle couverture originale de Dorian Machecourt.

A été ajouté au corpus d’origine une bibliographie complète (+ ou moins !) de mes crimes, tous médias confondus.

On peut trouver / se procurer ce petit monstre chez “son libraire habituel” (sur commande, fort probablement) et via :

ChapitreAmazon  — DecitreBoD (etc. etc.)

 

 

***

En chantier :  la version ‘deluxe’ / augmentée / sous reliure hardback (rigide, donc)…

Enjoy the ride!