340 mps – Artefacts de l’Obsession

:: Paru ::

 

couve_340mps.indd

Obsessio (lat.) : “blocus, siège d’une cité”.


Le point focal de tout ce qui nous définit, nous raffine, nous change irrémédiablement, nous exalte, nous détruit, et à la fin nous maudit ou nous sauve pourrait être aussi simple que…
Le prix à payer pour un éventail signé par Oscar Wilde ; la glissade d’une repentie sur un vol de papillons ; la reptation du péché dans l’arrondi d’une bouteille ; l’ombre d’un objet manquant, dans une galerie de portraits ; le staccato de la vengeance dans un pistolet de tatouage ; une course éperdue vers un amour d’enfance ; l’e-mail d’une rock-star à sa fan n°1 ; les sacs entassés des courriers de Noël, dans des hangars sous la neige ; un carnet d’anecdotes, transmis de vies en vies…

L’alphabet de nos grandeurs et dérives pourrait parfois tenir en une forme, une lettre, une ellipse ininterrompue :

 

O

Omega capital du cercle des cercles.

Léa Silhol, architecte protéiforme des univers de Vertigen, Frontier et des livres-puzzles du concept Error_Type prête ici, encore une fois, sa voix et son calame aux funambules, aux chasseurs de mirages impénitents et aux affamés d’orages.
340 mps déplie les facettes qui jointent le désir au point de rupture, le temps de neuf histoires qui sont autant d’odes tendres et grinçantes aux archétypes de la démesure.

 

340 mps

Léa Silhol – 340 mps

 

Hyperfocus #2

228 pages.
édition brochée (17 x 22 cm)
ISBN 9791094902080
Couverture  : photographie originale de Mad Youri
17 juin 2017 – c/o Nitchevo Factory

 

***

340mps-title

Enter

Sous le Lierre

(en retard en retard en retard…. — disait le Lapin Blanc à Alice…)

:: Paru ::  le 31/05/2016…

Sous le Lierre (roman)

Sous l’ombre dense et tactile des grands chevaux blancs tracés à la craie dans les collines du Wiltshire, et les profondes futaies de la glorieuse forêt de Savernake… quelque part entre le réalisme magique et la fantasy historique… mon dernier crime littéraire…

sous_le_lierre_couve.indd

 

INSIDE /

Le livre + ses lecteurs + son auteur  :

// extrait de “l’insider”posté par la ci-devant auteure sur Goodreads //


Sous le Lierre est, pour moi, l’apologie du triomphe, de la résistance, de l’ardeur, et du feu inextinguible de l’adolescence. Peut-être bien, aussi, de cette idée indéboulonnable que, quand quelque chose devrait tomber droit, il faut bien, à la fin que ce pénible “quelque chose” le *fasse*.
La situation d’Ivy Winthorpe, censément prisonnière d’un rôle écrit pour elle dans une pièce absurde par divers intervenants (sa famille, son milieu, son village…) est très semblable, en réalité, à l’épreuve qu’avait dû traverser et vaincre Angharad dans La Sève et le Givre
Époque différente, scène de fond différente, et même maladie : l’être outil, en en particulier la femme outil (bien que l’on puisse voir que ce système est, à Horninglake, parfaitement paritaire).

Ce n’est pas là, comme ceux qui ont déjà lu cet opus le savent, le _seul_ lien de ce roman avec mon cycle de Vertigen, même si Sous le Lierre est certainement l’un des livres les plus indépendants de la Trame, ne nécessitant pas d’avoir lu la moindre ligne du reste.

C’est là un OVNI avec lequel j’ai passé un moment formidable, parfumé à la chlorophylle, à la résine et au cuir de sellerie, après les encens orientaux de Sacra. J’en garderai toujours le souvenir d’une immense bouffée d’air.
Si le lecteur se lève, au terme de cette course éperdue, avec la féroce et victorieuse envie de dresser le point et clamer un quelconque équivalent de nos adolescents “les poètes vaincront !” mon objectif sera pleinement atteint.
Je pense que, fondamentalement, tous mes livres ont l’intention sous-jacente de convaincre le lecteur que nous pouvons viser l’impossible, et atteindre à l’extraordinaire, pour peu que nous nous en donnions les moyens ; mais… aucun, sans doute, ne l’a fait avec autant de fougue que celui-ci.

Le plus grand défi payant de l’adolescence, après tout, ne pourrait bien être que de savoir être pleinement jeune, au point de le rester toujours. Face à des enjeux et défis plus triviaux et “adultes”, Ivy est là, je l’espère, pour nous rappeler ce que c’est que de se sentir invincible… et/ou de le devenir pleinement, comme elle l’a fait. Girl power ?

Je vous souhaite à tous l’impulsio !
Come away… come away…
sur l’obstacle, sur l’obstacle, Fern… 😉

sous_le_lierre_couve.indd

“Sous le Lierre” (Léa Silhol ) – couverture de Dorian Machecourt

OUTSIDE : / facts /

Léa Silhol – Sous le Lierre (roman)

Par-delà un simple mur écroulé, au fond du parc d’un manoir anglais, s’étendent des bois immenses, ceinturés de légendes et d’étranges interdits. L’héritière de cette antique demeure, Ivy Winthorpe, ne se définit que par le regard sarcastique qu’elle jette sur toutes choses, les livres qu’elle lit en cachette, sa nature de centaure et, par-dessus tout, les bois vers lesquels elle ne cesse de s’évader, contre toute opposition et obstacle.
C’est la plume de celle qui se définit elle-même comme “un petit système ensauvagé” qu’endosse l’auteure, le temps d’un hymne barbare, à la charnière entre les jardins d’une aristocratie moribonde et les étendues de la millénaire forêt de Savernake, noyée de mystère et de vivants secrets.

Un voyage passionnel et féroce dans le grand vert de l’implacable nature, filigrané par la figure énigmatique du Green-Man, le pas des cavaliers, et hanté par l’ombre obsédante du Heathcliff d’Emily Brontë.

488 pages.
édition brochée (17 x 22 cm)
ISBN 9791094902059
Léa Silhol : # Sous le Lierre
Couverture et illustration intérieure originale de Dorian Machecourt.
31 mai 2016 – Nitchevo Factory éd.

Avec un profond salut (nécessairement amoureux) au “Under the Ivy” de Kate bush