Hello, goodbye…

Hangul Express PB 1

Au terme d’un marathon d’ampleur cosmique, l’année 2019 se referma sur un objectif atteint, et… largement dépassé : la parution du second opus de Gridlock Coda (sous ensemble de mon cycle japonais, le Seppenko Monogatari).

Here comes…
HANGUL EXPRESS

Mon (bien-aimé) Hangul Express , qui constitue le 4e volume du Seppenko M. et le second volet de Gridlock Coda, est sorti sous une double présentation / eux versions différentes ; ceci étant dû à son exceptionnelle longueur (un million de signes et des brouettes).

Voyons cela de plus près :

 

Option 1 ::

En deux volumes brochés /paperback

Ceci pour éviter la défcouve_hangul_express_part II.inddormation des sacs et  les tendinites du poignet.

( = voir ici pour les petits résumés et diverses spécificités techniques…)

Tous deux présentés sous une couverture (en deux variantes) de l’usual supect Mad Youri.
– aka “édition.s régulières / regular”.

Le second comprend, en bonus,  le “glossaire des runners” (version à peine étendue du Grid-On reçu par les gagnants d’un certain concours).
Cet appendice, on le notera, est par ailleurs absent de la version que nous allons immédiatement évoquer, qui aurait été sans cela trop lourde (elle toque déja 640 pages) et totalement inabordable.

 

Option 2 ::

Et… (donc) : en un seul volume relié / illustré en couleurs etc etc, sous des prestations de dingue et un poids pas-plume d’1 kg 6

– aka “édition collector pour haltérophiles”.
Voir ici pour les détails techs.

Hangul_Express HB-sm

Version collector – couverture & illustrations intérieures de LS

 

 

Ce fut un trimestre très productif, très complexe, très gratifiant (car venir à bout d’une mission impossible l’est toujours ! 😉 )
Il marque également le moment où la cohérence de la Trame m’oblige à marquer une petite pause dans la continuation de ce cycle, que j’aime furieusement. Le “bye-bye”, nécessairement triste, qui suit donc le “hello Hangul E !!”
Si je le dois, c’est que tout l’aboutissement et une large partie du final de Vertigen se trouve(ra) dans le Seppenko Monogatari. Et surtout dans le second des tomes à venir : In-Yeon Rhapsody, dans lequel nous quitterons en grande partie le Japon pour nous centrer sur la Corée. C’est sur cette scène étrangère que le panthéon de Vertigen, et en particulier sa membre la plus éminente, doivent rencontrer leur destin.
Cette charrue ne peut pas être mise avant les boeufs prescrits.

Je n’ai aucune recommandation pour ce qui est de l’ordre dans lequel les volumes & cycles doivent / devraient être lus pour un maximum d’efficience. Je ne crois pas en l’efficience en lecture 😉 ; seulement aux chemins individuels, et au ‘à la carte’.
Cela dépend, très certainement, de votre goût de la linéarité (aka : tout dans l’ordre, en ligne chronologique) ou au contraire de votre nature de Sherlock (aka : votre éventuelle marotte de découvreur de signes).
// mais au cas où (cela puisse être utile) j’ai demandé aux lecteurs, à l’instant, ce qu’ils en pensaient – c’est par ici . L’auteur, après tout, n’est pas le mieux placé pour répondre à ces questions-là. //

 

En annexe ::
A QUOI S’ATTENDRE DANS HANGUL EXPRESS

Si certains fays-de-Frontier vous manquaient… ils sont *beaucoup* plus présents.
Au passage, on en découvrira d’autres, jusqu’alors à peine évoqués.

La présence de hauts personnages de Vertigen est également beaucoup plus élevée (massive litote !) et nombre de Fays ôtent leurs masques pour révéler leurs précédents visages faes.
Cette aristocratie croisera certains de ses pairs issus de territoires encore peu explorés.
Le tour operator vous fera voyager à tous les angles de la carte (Islande, Russie, Brésil, Chine, diverses cités américaines et capitales européennes) en sus du Japon, de la Corée, et de Frontier.

Qu’est le Grid ? _Qui_ est le Grid ? Ah ah ! = Pas du tout ce que les runners s’imaginaient. Et plus on se rapproche de cette vérité, plus *tout le monde* pâlit.

Existe-t-il des terres alternatives ? Ahhhh… Bonne question ! 😉
Rendez-vous là-bas !

Vale !
LS/.

 

 

 

Romaji Horizon :: enter the Grid…

Paru le 21/12/18…

GRIDLOCK CODA .one :: Romaji Horizon

Gridlock Coda I

GC.one :: Romaji Horizon — photographie de couverture de Mad Youri

Quatre égarés. Quatre trajectoires qui n’en finissent pas de se croiser et percuter. Le bushi impeccable, la prophétesse des ombres, la princesse des chats, le chasseur implacable. Quatre pièces, sur un damier de câbles et de flux incandescents, qui redéfinissent à chacun de leurs mouvements la carte des jeux et enjeux.
Sous leur course éperdue, l’envers du monde. Un autre univers, invisible, fascinant et périlleux ; une nouvelle réalité qui est devenue, pour ceux qui l’arpentent, la seule qui compte.
Le Grid.
Depuis Tokyo, point d’entrée capital de cette Cour des Miracles numérique, se déploient les méandres de la ‘grande grille’ ; échiquier où multinationales, politiques et profiteurs de toutes catégories traitent avec les rascals, les inhumains et les accros au vertige.
Ici, tout est recomposable à l’infini, et tout est à vendre : l’Histoire, l’avenir, les gâchettes et les âmes, et jusqu’au temps lui-même. Et il n’y a rien de plus fluctuant, relatif et hors de prix, au final, que cela : le temps.
C’est sur ce fil tendu, plus fragile et explosif qu’un datalink, que doit se jouer le destin des Fays, des Gridrunners et, au-delà, celui de l’univers en son entier.

Jalon capital du métacycle Transmeare, la série Gridlock Coda met en jeu, sur un même tapis vert, les univers entrelacés de Vertigen, Frontier, et l’ensemble de ‘la Trame’.
#Manga, #Jpop, #Kpop, #Kdramas, #Animés, #gaming… L’auteure trace ici un hommage trépidant au Cyberpunk et aux pop-cultures japonaises et coréennes.

432 pages.
édition brochée (17 x 22 cm)
ISBN 9791094902158
Photographie originale de couverture de Mad Youri
Design de couverture de Léa Silhol
21 décembre 2018 – Nitchevo Factory éd.

Troisième chant du Seppenko Monogatari

–> Secondairement, fait aussi partie du Dit de Frontier.

 

 

couve_gridlock_one.indd

Sous le Lierre

(en retard en retard en retard…. — disait le Lapin Blanc à Alice…)

:: Paru ::  le 31/05/2016…

Sous le Lierre (roman)

Sous l’ombre dense et tactile des grands chevaux blancs tracés à la craie dans les collines du Wiltshire, et les profondes futaies de la glorieuse forêt de Savernake… quelque part entre le réalisme magique et la fantasy historique… mon dernier crime littéraire…

sous_le_lierre_couve.indd

 

INSIDE /

Le livre + ses lecteurs + son auteur  :

// extrait de “l’insider”posté par la ci-devant auteure sur Goodreads //


Sous le Lierre est, pour moi, l’apologie du triomphe, de la résistance, de l’ardeur, et du feu inextinguible de l’adolescence. Peut-être bien, aussi, de cette idée indéboulonnable que, quand quelque chose devrait tomber droit, il faut bien, à la fin que ce pénible “quelque chose” le *fasse*.
La situation d’Ivy Winthorpe, censément prisonnière d’un rôle écrit pour elle dans une pièce absurde par divers intervenants (sa famille, son milieu, son village…) est très semblable, en réalité, à l’épreuve qu’avait dû traverser et vaincre Angharad dans La Sève et le Givre
Époque différente, scène de fond différente, et même maladie : l’être outil, en en particulier la femme outil (bien que l’on puisse voir que ce système est, à Horninglake, parfaitement paritaire).

Ce n’est pas là, comme ceux qui ont déjà lu cet opus le savent, le _seul_ lien de ce roman avec mon cycle de Vertigen, même si Sous le Lierre est certainement l’un des livres les plus indépendants de la Trame, ne nécessitant pas d’avoir lu la moindre ligne du reste.

C’est là un OVNI avec lequel j’ai passé un moment formidable, parfumé à la chlorophylle, à la résine et au cuir de sellerie, après les encens orientaux de Sacra. J’en garderai toujours le souvenir d’une immense bouffée d’air.
Si le lecteur se lève, au terme de cette course éperdue, avec la féroce et victorieuse envie de dresser le point et clamer un quelconque équivalent de nos adolescents “les poètes vaincront !” mon objectif sera pleinement atteint.
Je pense que, fondamentalement, tous mes livres ont l’intention sous-jacente de convaincre le lecteur que nous pouvons viser l’impossible, et atteindre à l’extraordinaire, pour peu que nous nous en donnions les moyens ; mais… aucun, sans doute, ne l’a fait avec autant de fougue que celui-ci.

Le plus grand défi payant de l’adolescence, après tout, ne pourrait bien être que de savoir être pleinement jeune, au point de le rester toujours. Face à des enjeux et défis plus triviaux et “adultes”, Ivy est là, je l’espère, pour nous rappeler ce que c’est que de se sentir invincible… et/ou de le devenir pleinement, comme elle l’a fait. Girl power ?

Je vous souhaite à tous l’impulsio !
Come away… come away…
sur l’obstacle, sur l’obstacle, Fern… 😉

sous_le_lierre_couve.indd

“Sous le Lierre” (Léa Silhol ) – couverture de Dorian Machecourt

OUTSIDE : / facts /

Léa Silhol – Sous le Lierre (roman)

Par-delà un simple mur écroulé, au fond du parc d’un manoir anglais, s’étendent des bois immenses, ceinturés de légendes et d’étranges interdits. L’héritière de cette antique demeure, Ivy Winthorpe, ne se définit que par le regard sarcastique qu’elle jette sur toutes choses, les livres qu’elle lit en cachette, sa nature de centaure et, par-dessus tout, les bois vers lesquels elle ne cesse de s’évader, contre toute opposition et obstacle.
C’est la plume de celle qui se définit elle-même comme “un petit système ensauvagé” qu’endosse l’auteure, le temps d’un hymne barbare, à la charnière entre les jardins d’une aristocratie moribonde et les étendues de la millénaire forêt de Savernake, noyée de mystère et de vivants secrets.

Un voyage passionnel et féroce dans le grand vert de l’implacable nature, filigrané par la figure énigmatique du Green-Man, le pas des cavaliers, et hanté par l’ombre obsédante du Heathcliff d’Emily Brontë.

488 pages.
édition brochée (17 x 22 cm)
ISBN 9791094902059
Léa Silhol : # Sous le Lierre
Couverture et illustration intérieure originale de Dorian Machecourt.
31 mai 2016 – Nitchevo Factory éd.

Avec un profond salut (nécessairement amoureux) au “Under the Ivy” de Kate bush

Possession… (is a state of mind)

Léa Silhol - "Possession Point" - cover

Léa Silhol – “Possession Point” – cover

 

 

:: Next :: Sortie imminente :

POSSESSION POINT

Roman – Frontier – fays – prequel/sequel to : “Vado Mori”

Cover art by : Dorian Machecourt.

340 p.

September 2015 – Nitchevo Factory.

 

Tes iris à toi, mon ange, avaient la couleur de la mer avant l’orage, aux rives d’Half Moon Bay. Toutes les Mavericks de Pillar Point y écrivaient en germes les promesses que tu tenais. Je roule parfois jusque là-bas pour jeter un sucre au manque qui me tient dans ses tenailles. Je marche de Ghost Trees à Half Moon Bay. Pour regarder les vagues, de peur d’oublier tes yeux. Quelque part entre les fantômes des arbres et le meurtrier Pillar Point, assise à même la poudre de mon sablier, je bois cette couleur. Je la respire, pendant qu’elle reflue et déferle. J’essaye, une fois encore, d’élucider la technologie de ce mystère. De comprendre comment le monde des hommes transforme la couleur des Mavericks en cadrans d’horloges. Comment le rythme des vagues immenses a pu s’enrouler pour devenir, dans tes yeux, ce cercle de métal auquel j’ai donné un tour ou deux, jadis. C’était un rouage. Mais tout autant, je le sais bien, la face implacable d’un barillet.

Dans un monde transfiguré par le retour de la Féerie, Anis a pris la route, à la recherche d’une cité légendaire dont on dit qu’elle ne se laisse trouver qu’à son gré : Frontier.
C’est dans la “ville au bord du monde”, patrie des fays, que vit à présent l’homme qu’elle a aimé, et trahi : Jay, membre du redoutable gang changeling de Seattle.
À travers leur histoire, feuilletée comme un album photo depuis le jour de leur rencontre jusqu’à celui de leurs hypothétiques retrouvailles, c’est la vie de tous les Premiers qui se dévoile, durant les années précédant et suivant directement le fondation de l’utopie que fays & fées nomment Le Seuil.

LS tisse les récits des fays de Frontier depuis 1998. Elle a pris définitivement résidence auprès des ‘coucous’ depuis dix ans, avec le recueil Musiques de la Frontière, (Prix Imaginales 2005). Possession Point est son quatrième roman.

ISBN 9791094902028
# Le Dit de Frontier (2)

Shunt //.