Romaji Horizon :: enter the Grid…

Paru le 21/12/18…

GRIDLOCK CODA .one :: Romaji Horizon

Gridlock Coda I

GC.one :: Romaji Horizon — photographie de couverture de Mad Youri

Quatre égarés. Quatre trajectoires qui n’en finissent pas de se croiser et percuter. Le bushi impeccable, la prophétesse des ombres, la princesse des chats, le chasseur implacable. Quatre pièces, sur un damier de câbles et de flux incandescents, qui redéfinissent à chacun de leurs mouvements la carte des jeux et enjeux.
Sous leur course éperdue, l’envers du monde. Un autre univers, invisible, fascinant et périlleux ; une nouvelle réalité qui est devenue, pour ceux qui l’arpentent, la seule qui compte.
Le Grid.
Depuis Tokyo, point d’entrée capital de cette Cour des Miracles numérique, se déploient les méandres de la ‘grande grille’ ; échiquier où multinationales, politiques et profiteurs de toutes catégories traitent avec les rascals, les inhumains et les accros au vertige.
Ici, tout est recomposable à l’infini, et tout est à vendre : l’Histoire, l’avenir, les gâchettes et les âmes, et jusqu’au temps lui-même. Et il n’y a rien de plus fluctuant, relatif et hors de prix, au final, que cela : le temps.
C’est sur ce fil tendu, plus fragile et explosif qu’un datalink, que doit se jouer le destin des Fays, des Gridrunners et, au-delà, celui de l’univers en son entier.

Jalon capital du métacycle Transmeare, la série Gridlock Coda met en jeu, sur un même tapis vert, les univers entrelacés de Vertigen, Frontier, et l’ensemble de ‘la Trame’.
#Manga, #Jpop, #Kpop, #Kdramas, #Animés, #gaming… L’auteure trace ici un hommage trépidant au Cyberpunk et aux pop-cultures japonaises et coréennes.

432 pages.
édition brochée (17 x 22 cm)
ISBN 9791094902158
Photographie originale de couverture de Mad Youri
Design de couverture de Léa Silhol
21 décembre 2018 – Nitchevo Factory éd.

Troisième chant du Seppenko Monogatari

–> Secondairement, fait aussi partie du Dit de Frontier.

 

 

couve_gridlock_one.indd

Advertisements

Upcoming :: (major theme) :: stepping into Asia…

Nous éloignant un moment des territoires celtiques de Vertigen, nous partons pour un voyage qui nous mènera au Japon et en Corée du (circa) XIè siècle au XXIè, au travers de (au moins) 5 volumes.

Le Seppenko Monogatari (Geste des enfants de Seppen) développe et relie les textes déjà parus autour de la famille Izôkage, marquée par l’hiver nippon, à partir de “La Loi du Flocon” (in Contes de la Tisseuse), en passant par “Différentes Couleurs, cinq prières japonaises” (in Emblèmes : Extrême Orient), “Macula Lutéa”) (in Fovéa), “Gold – Chant du filigrane de la fracture, sur la vague d’un Kintsugi” (in Sacra, Parfums d’Isenne et d’Ailleurs – vol I) & “Le Maître de Kodo” (in Sacra, Parfums d’Isenne et d’Ailleurs – vol II) .

Toutes ces nouvelles, à l’exception de la dernière, se retrouveront dans le premier opus : Masshiro Ni (‘in perfect white’), ainsi que un à deux textes supplémentaires.

Mais c’est l’opus II (soyons excentriques !) qui ouvre le bal : Hanami Sonata.

couve_hanami_sonata.indd

 

L’Hanami, c’est la fête annuelle de la ‘contemplation des fleurs’, au Japon.
Ce roman reprend et développe jusqu’à sa pleine stature de roman “Le Maître de Kodo”. On en apprend davantage sur le voyage des Fays américains au Japon, et ce qu’il advint, par la suite, des relations nouées par certains d’entre eux avec la famille Izôkage, et notamment, en seconde partie, pour ceux qui accordent une importance cruciale et passionnelle à l’Hanami.

C’est un rapport fusionnel avec la nature que je partage totalement.
C’est pourquoi ce fut un plaisir particulier pour moi d’accompagner ce roman de clichés pris, au jour le jour et années après années, de ceux que je nomme dans le privé ‘mon peuple’ : certains des individus végétaux de mon jardin japonais, si loin de Kyoto.

hanami 1

 

Érables du japon, beaucoup, pour la première partie, et évidemment sakuras (cerisiers) pour la seconde.

hanami2

Hanami Sonata est donc imprimé en couleurs, sur papier  photomat, tout comme Navigator l’avait été. Au maximum de qualité, donc, proposée par l’imprimeur.

hanami3

C’est un plaisir… mais évidemment / hélas il a coût. Un coût… en forme d’assommoir !
D’où l’obligation de doter, avec les réticences que l’on devine, le volume d’un prix de vente fâcheusement élevé.

C’est pourquoi, ayant tardivement frappé ce constat, nous avons décidé, la wondrous équipe Nitchevo et moi, de proposer cet opus également dans une version plus ‘grand public’ / abordable.
Le texte en sera strictement identique, mais les photographies en seront absentes, et la couverture différente.
Cette couverture-ci, due à Mad Youri, sera plus “assortie” à la charte visuelle de la série.Série qui se poursuivra, dès l’automne, avec Gridlock Coda.
Cette partie de la Geste se déclinera en (minimum) deux volumes ; le premier étant terminé, et le second en chantier. C’est l’incertitude sur sa longueur qui m’incite à avancer un prudent “deux volumes… minimum“.

Il est souvent compliqué d’attribuer un opus, dans la Trame, à tel ou tel cycle, tant les croisements sont multiples. Dans le cas d’Hanami Sonata et des(s) Gridlock la présence des Fays pourrait les qualifier d’office pour faire partie du Dit de Frontier. Mais si les Fays (et au premier chef Crescent, Jay, Walk, Priest, Faol, Sealed, Smoke, Flake et Anis) y tiennent un rôle majeur, l’axe principal reste toutefois le Japon, l’Asie, et la lignée de Seppen. Le choix, alors, n’était pas si difficile à faire. Mais des éléments capitaux concernant les Premiers se trouvent effectivement dans cette série, et nulle part ailleurs.

Si Masshiro Ni nous ramènera aux racines d’un Japon fantasmatique, Gridlock Coda, hanté par les schémas d’un conte d’Andersen qui m’est particulièrement cher, déploiera sa scène dans les étages d’une réalité virtuelle qui n’a rien d’un jeu : le Grid. La modélisation de l’architecture informatique, aperçue dans “Différentes Couleurs”, “Le Maître de Kodo”, et (par la bande) dans “À bout de Course” (in Musiques de la Frontière).

C’est ici le territoire des pirates, des forbans, des âmes métalliques, des millions qui s’échangent d’un clic de souris, d’une indifférence à la vie boostée par l’aspect immatériel des crimes et transactions. On y déconnecte les concurrents et adversaires pour quelques data-crédits, pour affirmer sa place dans la hiérarchie, pour une offense, pour un rien. C’est un autre paysage de la lutte des Fays, et en particulier pour ceux du Japon, où l’axe du Grid crépite inlassablement. C’est celui qu’arpentent notamment nos têtes d’affiches : Neko, qui deviendra la leader des changelings japonais et Saeru, le plus implacable et létal porte-flingue de la grille.
Si les deux visages du Japon exposés dans le Seppenko Monogatari forment un contraste qui est pour le moi le plus grand objet de fascination à explorer, celui que forme le face à face entre la jeune mangaka de Kyoto, férocement idéaliste et voyant la beauté et le sacré en toute chose et le ‘paper chaser’ focalisé sur la suprématie, l’invincibilité, et la perfection de son dressing constitue un pan en réduction (microcosme) du même axiome. Le frottement de ces plaques tectoniques ne peut être qu’explosif. Et pourtant…
Le Grid, c’est aussi les autoroutes de données qui se voient baptisées de nom de constellations à cause de la beauté de leurs arcs lumineux, les vertiges indescriptibles des grands GridLifts entre les SubLevels, la faune bigarrée des Avatars qui font concurrence à l’inventivité d’Harajuku, l’abolition des limites physiques, les paysages abstraits des grandes profondeurs, au fur et à mesure que la grille fait de moins en moins semblant de singer le monde des hommes. C’est un monde ponctué par les silhouettes mécaniques des contre-mesures ICE, les tirs des GridRunners se mettant à mort sans pitié, les corporations financières dont les serveurs ponctuent l’horizon comme autant de gratte-ciels oppressants ; mais aussi celui des résistants, de l’humour sarcastique, et des aventuriers pour qui se transformer en “chair à défrag” n’est pas un souci majeur.
C’est tout autant, au final, mon hommage de fan à tout un pan de la littérature et des films qui ont bercé mon enfance : la SF, le cyberpunk, K Dick, Asimov, Van Vogt, Tron, les Borgs de star Trek… Tout ceci mêlé à deux autres grands et indéfectibles amours : le Japon (depuis très longtemps), et la Corée du Sud (depuis peu).
On n’échappera pas à une énorme rasade de pop-culture, donc. Mangas, J-pop et K-pop, K-dramas, street food et sub-cultures.
Et ceci est assez addictif pour la ci-devant auteure pour qu’elle aligne sans discontinuer les pages depuis des mois. Ce qui est un signe fort que, de mon côté de l’écran, quelque chose d’exaltant se passe.

Jusqu’où cela ira-t-il ? Je n’en ai aucune idée, et c’est précisément le plus passionnant, pour moi, de l’affaire.

Alors je siffle avec Ryuichi Sakamoto ce petit air que Saeru chantonnait déjà dans “Différentes Couleurs” :

Stepping into Asia
Don’t be afraid
Wind on the ocean
Makes me feel so free…

Dans l’attente, Hanami Sonata, le premier opus de la série est sorti hier. Dans le désordre, car il faut toujours vouloir le plus casse-gueule. Mais je promets : comme d’habitude, vous n’avez pas besoin du premier opus pour commencer ce voyage (sinon je n’aurais pas joué les excentriques à ce point-là !). J’aime les nombres commutatifs, that’s it 😉

À vous revoir à Kyoto, donc.

Rainen, Kyoto de.

 

LS./

/ Shunt //

 

ps / edit / sorti le 15/10/18, la version ‘regular’ promise d’HANAMI SONATA

hanami Sonata v2

HS version regular – illustration de couverture de Mad Youri

Avant l’Hiver…

Paru ::

Avant l’Hiver, architectonique des Clartés (roman en lambeaux)

Par Léa Silhol, sous une (nouvelle) couverture de Dorian Machecourt

avant_hiver-1ere dc

« Le visage des Cours est complexe.
Sans ‘histoire écrite’ et tissé de secrets, de rites, de complots. Un lacis d’obligations contraires, de nasses, de pièges ; où le mensonge est une arme, et le mystère un bouclier.
Derrière son énigme, le Peuple de Féerie cache un cœur trouble, qu’il n’a cure de rendre intelligible. Au contraire. Ici, toujours, les routes servent davantage à perdre qu’à guider.
C’est déjà, en soi, un défi que de décrypter nos voies. Mais le seul fait d’entreprendre ce que nous avons entrepris est, aussi, faire œuvre interdite.
Certains nous la reprocheront, même parmi ceux qui, comme nous, ont choisi la voie de Seuil. On ne prend pas le risque de dévoiler les enchantements de Tir-na-nOg ou de Dorcha sans en payer le prix. Mais au-delà de nos voiles, de nos ruses, de nos cruautés… nous devons enfin savoir, oui, comme le disait Elzeriad, “ce qu’il en est, au final, de notre monde”.
La Féerie est un piège. Un piège, Morgana, y compris pour nous. À la fin, même cela, ou surtout cela, devra être renoncé, et dissous.»

K.

Léa Silhol, cartographe émérite ès ‘envers du monde’ accompagne l’écrivaine Elisabeth Massal dans le labyrinthe d’une bibliothèque d’ombres et de murmures ; pour déchiffrer au spectrographe et au scalpel les carnets interdits de la ‘Trame’.

Ce premier Vertige s’exerce à démêler, aux côtés du barde Kelis, les écheveaux des Cours de Vertigen, des jours d’Aana aux batailles pour Érin, de la Chute de Tréaga aux pactes de Dorcha, jusqu’au bris des royaumes fae, et la venue des temps de Seuil, tels que relatés dans les romans La Sève et le Givre et La Glace et la Nuit.

 

couve_avant_hiver-sm

 

324 pages.
édition brochée (17 x 22 cm)
ISBN 9791094902127
3 juillet 2018 – Nitchevo Factory éd.

Notes de l’éditeur : Cette édition comporte le corpus complet des fictions de l’édition originale de 2008 (à l’exception de l’article / posface “Imbedded with the Snow Queen”). Elle ne comporte pas non plus les photographies d’origine.
En lieu et place ont été inclus un lexique des personnages / lieux / concepts présents dans le volume (comme cela avait été précédemment le cas pour La Sève et le Givre et La Glace et la Nuit : Nigredo) ainsi qu’une bibliographie architecturée de l’ensemble Vertigen.

Le lecteur retrouvera les nombreux paratextes dans l’édition collector, à paraître plus tard cette année. Celle-ci comportera également les photographies, imprimées en couleur.

Avant l’Hiver initie le programme de réédition du cycle complet de Vertigen chez Nitchevo Factory, qui inclura tant les volumes précédemment parus que les inédits.

 

Ah-recep

 

“Ça, c’est fait”… à ma grande et intense satisfaction !

À vos liseuses

couve_ebook_musiques_Medium

 

Le premier de mes “bébés” à entrer dans la Matrice (et c’était plutôt logique, d’une certaine façon, selon Jay) : “Musiques de la Frontière”

4è de couverture :

Fin du XXème siècle… des enfants “différents” commencent à naître dans des familles humaines. Doués de physiques et de pouvoirs singuliers, ils sont très vite assimilés aux changelings, les enfants-fées, et soupçonnés d’avoir été substitués à de véritables enfants mortels. Commence alors une cabale sans précédent, aboutissant à l’abandon en masse de ces enfants dans des “Centres”, prisons et mouroirs gérés d’une poigne de fer.

De cette génération perdue, et sous l’égide d’un chef charismatique, Shade, émergera une rébellion qui amènera les fays à prendre leur place dans les rues de nos cités, et à conquérir leur liberté.

De guerres des gangs en courses éperdues, de coups de feu en amour fou, d’encres enchantées en rites claniques, de sacrifices en codes tribaux, le premier opus du Dit de Frontier suit les pas des fays américains, d’une vie délivrée de ses chaînes vers leur cité mythique au bord du monde : Frontier, où la magie régit le quotidien.

À travers une fresque écrite au glamour et au couteau, qui a déjà conquis des milliers de lecteurs et été nominée à de multiples Prix, Léa Silhol trace une ode à l’esprit d’engagement, l’insoumission et la fraternité qui redéfinit le monde comme un état d’implacable enchantement…

Léa Silhol, créatrice des univers croisés de “la Trame” et pionnière de la Fantasy Urbaine, est devenue avec son best-seller La Sève & le Givre, une figure incontournable de la Fantasy francophone. Musiques de la Frontière, (Prix Imaginales 2005) constitue le premier opus de son cycle de Frontier, poursuivi depuis à travers romans et nouvelles.

Une production Nitchevo Factory 06/03/2018. Couverture de Dorian Machecourt ; postface de Natacha Giordano.
Epub sans DRM, disponible également en Kindle, etc.
:: Un peu partout mais surtout ::

 

Recueil thématique – Fantasy Urbaine (Urban Fantasy) – Univers de “Frontier” (cf. https://www.facebook.com/Fays.of.Frontier/)

See also / shelve / note / review ::
sur Goodreads

F = … / Fovéa

Les OVNIS succédant aux OVNIS…
Dans le ciel nocturne, le sillage de mon plus mystérieux, dérangeant et cliquetant opus…

Fovéa - cover by PFR

Fovéa – cover by PFR

“FOVÉA, Leçons de Gravité dans un Palais des Glaces” est ressorti durant les tous derniers jours d’octobre, en pleines Tri Nox de Samhain.

C’est là une première version de ce “most wanted” parmi mes anciens titre, correspondant à une réédition presque à l’identique de l’originale de 2008.
Cette première édition connut l’excentricité notable de devenir indisponible… immédiatement, dès sa sortie, encore et encore, alors que les (méchants) lecteurs ‘séchaient’ tirage après tirage avant même qu’ils ne soient livrés à l’éditeur.
Il fut, durant ces années tant de “cessation d’activité éditoriale” que depuis la reprise de cette activité, celui de mes livres qui me fut le plus réclamé par les lecteurs, un pas avant La Glace et la Nuit I/ Nigredo  (dont nous reparlerons brièvement plus bas).

Vous l’avez inlassablement demandé (et redemandé, et re…)
Eh bien… voilà qui est fait !

Le monstre est reparu le 29 octobre de cette année, rejoignant son jeune frère 340 mps dans la terrible famille Hyperfocus.

Fovéa-full cover

Fovéa – cover by PFR

 

Le spectre du programme ReLIRE ne cessant de planer au-dessus de nos têtes, menaçant, malgré notre victoire juridique devant la Cour de Justice de l’Union Européenne de jouer ‘l’éternel retour du zombie’ c’est donc là une réédition à l’identique, avant la parution de la version II (empirée) de ce volume (d’ici un an ?).
Il me semblait aussi souhaitable, au vu de la forme particulière de cet opus (jeux de piste / codes etc.) d’offrir aux meilleures émules d’Indiana Jones dans mon lectorat la possibilité d’accéder aux deux versions : celle éditée à l’origine par les éditions du Calepin Jaune et celle (nécessairement révisée) prévue en 2010 chez Les Moutons Électriques, et qui ne vit pas le jour.

Les deux différences majeures avec la version originale, ici, sont donc un changement de membre d’équipage (un illustrateur remplace une illustratrice), et le format : le volume passant d’un format A5 à celui, plus ample, que les fidèles des collections Nitchevo connaissent bien.

Une (deux, trois) image.s valant mieux qu’un long discours…

fovéa trio

Petit portrait de famille en 3 pans (de gauche à droite) : édition 2017 c/o Nitchevo Factory, édition régulière et collector 2008 c/o LCJ

Fo-1

Et en rang sur dans la bibliothèque…

fovéa (en famille)

Le trio parmi ses pairs, @ home.

 

Et sous la couverture…

fovéa - Léa Silhol +Ariel de la valette 2017

Une des nouvelles illustrations – par Ariel de la Valette

C’est un immense soulagement et une grande joie, à titre personnel, de voir cet opus — proprement un livre maudit — reprendre sa course folle et la poursuivre.

Je souhaite à tous ceux qui déploraient d’avoir manqué ce rendez-vous en 2008 une intéressante rencontre avec les égarés du Palais des Glaces.
Enjoy !

More about Fo 2017

Specs. sur le site de son éditeur : Fo c/o Nitchevo
Gotta catch them all : Fo @ Amazon.fr (pour les autres Amazon / uk/US/… Japon… vous trouverez au besoin, j’en suis sûre 😉 )

Pour davantage sur la nouvelle mine de la carabine, goto : FB post “the Emperors’s new clothes”
Et pour la petite histoire de la “malédiction Fo” goto : FB post/ L’écho du Peek-a-Boo, dans un maléfique gramoFO/ne

NEXT ?

Les travaux de l’équipe sur la première tranche du chantier (2017) de la série Hyperfocus se concluront avec la parution de FIX, très prochainement.
Nous braverons allègrement, alors, le chaud/froid pour plonger tête la première dans un autre chantier capital : Vertigen.
◊ réédition d’Avant l’Hiver (dans les deux mois qui viennent ?)
◊ réédition de La Glace et la Nuit I – Nigredo – version très corrigée et augmentée (2018)
◊ parution de La Glace et la Nuit II – Albedo (2018)
◊ réédition de La Sève et le Givre (version corrigé – peut-être augmentée)
… + divers bonus.

Mon année 2018 sera placée sous l’égide des Dix-Neuf Cours, et les enchantements unseelie. Très.

Stay tuned !

À vous revoir ici ou là-bas.

LS/.

/Shunt//

 

 

Sur les ailes des voiles…

Mon nouveau livre est un petit OVNI…

Ou du moins cela pourrait le sembler, peut-être, dans un monde où tout est rangé au cordeau, et où les hommes, artistes y compris, marchent en rang.

Navigator (de son petit nom – Navigator, précédé de tracés de feu (sous la peau), au complet) est un volume de po-é-sie.

Navigator scale

De la proue à la poupe, couverture : Sadana Silhol. Cover design by Greg & Léa S.

Peut-être pas si surprenant que cela, me diraient sans doute les lecteurs les plus avertis, dans la mesure où le terme “poétique” (sous toutes ses variantes et déclinaisons) est sans doute celui qui a été le plus, au long cours, accolé à mon travail. Ce qui est surprenant pour un auteur labellisé “fantasy / Imaginaire”, ce n’est pas tant d’écrire de la poésie (ou d’autres ‘genres’, en général), mais bien (d’oser) en publier.

Si c’est là mon premier opus relevant de ce genre, ce ne sera sans doute pas le dernier, tant il est vrai que mes réserves regorgent d’opus poétiques, de recueils de lyrics (dont nombre furent mis en musique), de slams, de raps, de… rimes (ou pas 😉 )

Certains lecteurs les attendent avec fureur (et me l’ont fait très efficacement savoir — la preuve !), d’autres n’en auront cure. Il y a loin, sans doute, entre la fiction et la forme plus intérieure, viscérale et souvent intimiste que constitue ce nouveau territoire. Et bien des lecteurs voraces ne troquent jamais la prose pour les vers. Je me souviens d’avoir eu une conversation à bâtons rompus avec un ami totalement imperméable au genre, il y a quelques années. Il était si ‘fermé’ que j’ai fini par lui dire que si le professeur Keating (qui n’a jamais tort) affirmait que le principal objectif de la poésie était de séduire les femmes, j’irais plus loin pour ma part, étant convaincue que nul “non-lecteur” de poésie (à défaut d’être poète lui-même) ne saurait être vraiment capable… au lit. Interloqué (ulcéré ?… inquiet ? 😉 ) il alla se plonger dans Rimbaud le soir-même. Il en revint en déclarant, d’un air ‘espanté’ (comme on dit dans notre Sud) qu’il avait raté quelque chose durant des décennies. Finalement… il aimait bien ça, la poésie. Rien d’étonnant : peut-on vraiment apprécier Dumas, et le théâtre, sans cela ? Peut-on se mettre en phase avec l’âme des siècles, sans cela ?
Je ne crois pas (et reste très convaincue de cette histoire de… lit, vous savez ?)

Nav II

photographie by Mad Youri

Navigator se place sous l’égide de la mer. Ce n’est là qu’une figure métaphorique tutélaire, on s’en doute (je me verrais mal chanter les vagues — quel que puisse être mon amour pour elles — sur plus d’une centaine de pages). La mer, ici, c’est la littérature, abordée par le travers et de profil dans Tracés de Feu, et de façon infiniment plus directe dans Navigator, où je me livre à un autre ‘contestable’ exercice : rendre hommage aux livres et auteurs qui m’ont servi de repères et fanaux lors de mes traversées, et à la littérature en général.

Chaque véritable Lecteur (notez la capitale, elle est délibérée) a connu ce sentiment, je pense : ne pouvoir, à certains moments de sa vie (voire… tous ?) se sentir en état de fraternité ou d’écho qu’avec des pages / des personnages / des intrigues/ et leurs auteurs.

Il est des livres qui nous rapprochent de nous-mêmes, nous vérifient, nous confortent dans ce que nous sommes, envers et contre tous. Ils nous incitent à aller au plus près de notre véritable identité, et à ne pas céder au laminoir normatif du monde. Ils nous tiennent compagnie sans jamais faire défaut lors de nos épreuves, et lorsque nous faisons face au doute. Ils répondent, faisant figure de papier PH proprement magique, à ces “qui suis-je, où vais-je, dans quel état…. ” qui nous agitent souvent. Ils nous aident à nous définir ; à rompre la terrible sensation de l’isolement, et de l’inadéquation.
Ces livres sont essentiels. Vitaux.
Ils en viennent à faire partie de nous, plus encore que notre toujours si déroutant ADN, ou notre environnement direct. Nous nous sentons plus en relation avec eux qu’avec notre propre famille. Ils sont peut-être, au final, dans cette sphère immatérielle où nos substances terrestres montrent leur inconséquence, notre véritable famille. Celle qui nous justifie, nous valide, nous sauve.
C’est en tous cas ce que représentèrent les livres pour cette gamine née et grandie ‘étrangère’ que j’étais, et qui a fini à son tour par rejoindre la grande famille des êtres de plume.

Nav IV

Au fil des pages… le texte et son escorte — photographie de Mad Youri

Il est de mauvais ton, dans ce pays, de rendre grâce, de se reconnaître des dettes, d’aimer tout court, peut-être. Ma véritable patrie étant, toujours, l’océan, je n’ai pas ce petit problème à reconnaître, et saluer, les navigateurs que j’ai croisé lors de mes voyages, et qui m’ont si souvent détournée des gouffres et des impasses. Il est beaucoup moins question de dire à ces “amis inconnus” que sans eux je ne serais pas devenue écrivain que de reconnaître avec tranquillité et sans irritation égotiste que ce sont eux, bien souvent, qui m’ont simplement tenue en vie. C’est aux livres de ces autres, et non aux miens que je dois, tout simplement, d’être en vie.
C’est pour moi une joie indicible, et un privilège, de leur rendre cet hommage, et de chanter ces lumières qui ont ponctuée ma traversée. J’ai toujours préféré, infiniment, chanter l’amour que la colère. Je remercie humblement tous ces auteurs (dont je n’ai pu hélas saluer dans Navigator qu’une infime partie) de m’en avoir offert à la fois l’occasion et l’élan.

C’est un grand bonheur que de publier cet opus accompagné des photographies somptueuses d’un vieil ami et compagnon de route, Mad Youri, et (étrange occurrence qu’aucune des Pythies qui hantent mes histoires ne n’avait annoncée !) de celles de ma propre fille, Sadana Silhol, qui signe également la couverture.
Ce blog n’étant pas rédigé sous forme poétique, je ne peux exprimer l’étrangeté et le plaisir de cette configuration.

Nav-insider

Au fil des pages… photographie by Sadana Silhol

Nous avons choisi pour ce volume, qui comporte une vingtaine de photographies en couleurs, le plus souvent sur doubles-pages,  une impression ad hoc : “premium” sur papier photographique mat. La ‘main’ de ce papier, sa texture, m’a tiré un carnassier sourire. On glissssse dessus comme sur de l’eau ! J’aurais simplement aimé que les coûts d’impression ne soient pas aussi élevés, dictant un prix de vente à l’avenant. Mais… on ne peut pas tout avoir, je suppose.
Nous pourrons vraiment, mon équipage et moi, affirmer que nous l’avons fait *pour le plaisir* (le nôtre, et le vôtre également, j’espère), car il ne nous ‘rapportera’ quasiment rien. Mais le mépris de l’argent, et la préséance sur toute chose de l’Art, c’est aussi ce que ceux auquel je rends hommage m’ont appris, et c’est une leçon pour laquelle je les remercie (en mots… et actes !).

Nav-insider II

Au fil des pages… 1/3 de photographie, Sadana Silhol

De tous les livres que j’aurais faits “pour moi”, Navigator est sans doute celui que j’aurais fait le plus… “pour moi”. Les lecteurs qui me suivront (ou me rencontreront pour la première fois) à travers ces pages se confronteront à un autre niveau de partage.
La poésie, c’est aussi cela : le territoire où les auteurs, dépouillés des obligations qu’impose l’intrigue, et tout à la fois de ses commodes artifices, ne peuvent plus porter les masques de la Comedia, et se cacher derrière leurs personnages. Le seul espace, par conséquent, où ils ne puissent éviter d’être totalement vrais.

Je souhaite à tous ceux qui nous rejoindront à bord une exaltante traversée.

Salve

LS/.

Navigator, précédé de Tracés de Feu, sous la peau, Léa Silhol + Sadana Silhol + Mad Youri, paru le 28/08/2017 chez Nitchevo Factory.
Tous les détails tech & autres c/o Nitch,  ici

340 mps – Artefacts de l’Obsession

:: Paru ::

 

couve_340mps.indd

Obsessio (lat.) : “blocus, siège d’une cité”.


Le point focal de tout ce qui nous définit, nous raffine, nous change irrémédiablement, nous exalte, nous détruit, et à la fin nous maudit ou nous sauve pourrait être aussi simple que…
Le prix à payer pour un éventail signé par Oscar Wilde ; la glissade d’une repentie sur un vol de papillons ; la reptation du péché dans l’arrondi d’une bouteille ; l’ombre d’un objet manquant, dans une galerie de portraits ; le staccato de la vengeance dans un pistolet de tatouage ; une course éperdue vers un amour d’enfance ; l’e-mail d’une rock-star à sa fan n°1 ; les sacs entassés des courriers de Noël, dans des hangars sous la neige ; un carnet d’anecdotes, transmis de vies en vies…

L’alphabet de nos grandeurs et dérives pourrait parfois tenir en une forme, une lettre, une ellipse ininterrompue :

 

O

Omega capital du cercle des cercles.

Léa Silhol, architecte protéiforme des univers de Vertigen, Frontier et des livres-puzzles du concept Error_Type prête ici, encore une fois, sa voix et son calame aux funambules, aux chasseurs de mirages impénitents et aux affamés d’orages.
340 mps déplie les facettes qui jointent le désir au point de rupture, le temps de neuf histoires qui sont autant d’odes tendres et grinçantes aux archétypes de la démesure.

 

340 mps

Léa Silhol – 340 mps

 

Hyperfocus #2

228 pages.
édition brochée (17 x 22 cm)
ISBN 9791094902080
Couverture  : photographie originale de Mad Youri
17 juin 2017 – c/o Nitchevo Factory

 

***

340mps-title

Enter